,haw
Retorno Rolagem parar Modo automático

Mídia e notícias: programas de TV, relatórios, livros, notícias ...Toxicidade de algas verdes

Livros, programas de televisão, filmes, revistas ou música para partilhar, conselheiro para descobrir ... Fale com notícias afectando de forma alguma o econology, ambiente, energia, sociedade, consumo (novas leis ou normas) ...
Avatar de l'utilisateur
recyclinage
especialista Econologue
especialista Econologue
mensagens: 1596
Inscrição: 06 / 08 / 07, 19: 21
Localização: artista da terra

Toxicidade de algas verdes

não lu mensagempela recyclinage » 15 / 08 / 09, 15: 17

Toxicidade de algas verdes: um estudo lançado na Bretanha
AP | 14.08.2009 | 19: 15

Deux semaines après la mort subite d'un cheval et le malaise de son cavalier sur une plage des Côtes-d'Armor, le gouvernement a décidé vendredi de diligenter une étude sur la toxicité des algues vertes en Bretagne. Les associations locales, elles, ne doutent pas que les gaz libérés lors de la décomposition de ces algues soient responsables après plusieurs incidents similaires.

Yves-Marie Le Lay, qui préside l'association Sauvegarde du Trégor, évoque ainsi le cas d'un conducteur d'engin qui, en 1999, en plein ramassage d'algues vertes, a heurté avec sa tractopelle un gros tas de végétaux, libérant probablement une poche de gaz. Il s'était évanoui au volant et était resté quatre jours dans le coma, selon M. Le Lay.

Michel Guillemot, président de l'association Halte aux marées vertes, rapporte de son côté que "tous les ans", des ouvriers de ramassage se plaignent de maux de tête et d'yeux irrités.

D'après eux, deux chiens sont morts l'année dernière sur une plage d'Hillion, dans la baie de Saint-Brieuc, après avoir inhalé de l'hydrogène sulfuré qui émanait des algues en décomposition.

Le dernier incident, impliquant un cavalier et son cheval, s'est produit le 28 juillet dernier sur une plage de Saint-Michel-en-Grève, selon la préfecture des Côtes-d'Armor. "Le cheval est mort en une minute" et "le cavalier a failli mourir aussi", a rapporté Yves-Marie Le Lay, joint au téléphone par l'Associated Press.

Un ramasseur d'algues qui se trouvait à proximité a porté secours au cavalier, qui a été hospitalisé et "ventilé" pendant une nuit, a souligné le président de l'association Sauvegarde du Trégor. Selon lui, s'il était resté une minute de plus, "il avait toutes les chances de subir le même sort que le cheval".

Pour l'heure, "on a des doutes" mais "on n'a pas de certitude quant au lien entre la mort du cheval et la présence des algues", a souligné pour sa part Philippe Beuzelin, directeur de cabinet du préfet des Côtes-d'Armor, interrogé par l'AP. Il précise que le cheval s'est enlisé dans une vasière profonde.

Des analyses de sang du cheval sont en cours d'analyse dans un laboratoire spécialisé à Strasbourg. Les résultats étaient attendus ce vendredi ou lundi, a-t-il indiqué. Si les tests s'avéraient positifs, ce serait la "première fois où, de manière certaine, on aurait le lien établi entre la présence d'algues et la mort d'un animal", a noté M. Beuzelin.

Le ministère de l'Ecologie a annoncé vendredi le lancement d'une étude sur la toxicité des algues vertes en Bretagne. L'INERIS (Institut national de l'environnement industriel et des risques) va "effectuer des prélèvements d'air sur les amas d'algues". Il devra "préciser les niveaux d'hydrogène sulfuré présents dans les amas d'algues" et "identifier d'éventuels autres composés toxiques", selon le communiqué du ministère. "Les résultats de ces analyses devraient être connus en milieu de semaine prochaine".

"Il serait quand même grand temps qu'il réagisse", a commenté le président de l'association Halte aux marées vertes. Yves-Marie Le Lay, de l'association Sauvegarde du Trégor, a de son côté fait part de son intention de déposer plainte contre le préfet pour "mise en danger délibérée de la vie d'autrui" la semaine prochaine au tribunal de Guingamp.

Les algues vertes sont ramassées quotidiennement, après chaque marée qui les dépose, par les communes polluées. "Si elles sont déblayées le jour même, elles ne représentent aucun danger", a remarqué le directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor. Selon Philippe Beuzelin, le problème réside dans les zones difficiles d'accès pour les tracteurs, où les algues s'accumulent. "Au bout de plusieurs jours, elles commencent à fermenter et c'est à ce moment-là qu'elles commencent à être dangereuses".

Si les analyses viennent confirmer cette dangerosité, la préfecture demandera aux maires de prendre des arrêtés interdisant la promenade dans les zones polluées.

Les associations locales estiment que la pollution provient des élevages intensifs et de la culture du maïs, qui déversent nitrates et engrais dans les cours d'eau. Dans les embouchures où stagne l'eau chargée d'azote, les algues vertes prolifèrent, surtout l'été, lorsque la température se réchauffe et que la luminosité s'accroît.

"Tant qu'on ne diminuera pas le cheptel animal, il n'y aura pas de solution", considère Michel Guillemot.

Mais pour Philippe Beuzelin, "on continue de payer les conséquences de ce qui a été répandu dans les années 80-90". D'après le directeur de cabinet du préfet, "même si on arrêtait toute production agricole, toute utilisation de pesticide aujourd'hui, on aurait des algues vertes pendant 20 ans encore. Ca ne s'arrêtera pas dans l'immédiat". AP


fonte de notícias novo observador
0 x

Voltar para "Media & News: programas de TV, relatórios, livros, notícias ..."

Quem está online?

Usuários no Fórum: Google [Bot] e os hóspedes 3

Pesquisas populares